Les drones, nos soldats de demain

Personne n’est sans savoir que les drones prennent une place de plus en plus importante dans notre quotidien, allant de simple appareil de divertissement à véritable livreur de pizza. Mais leur intelligence artificiel ne cesse de croître avec la technologie, et l’Europe n’en est encore qu’à ses balbutiements, au contraire des américains.

1798883_3_dd7e_dassault-a-lance-le-neuron-en-partenariat-avec_b9a68143593320db9863770ed19577b2Le Neuron, drone français, dont le premier vol a été réalisé en 2012.

L’Amérique est le plus grand acheteur de drones de combat de la planète, avec 55% des parts. Leur flotte comptait 250 drones en 2012, des bombardiers aux drones de reconnaissances. De très nombreuses start-ups californiennes sont en essor rapide et prennent de l’ampleur. En comparaison, la France affichait en 2012… trois drones.

En plus de leur intelligence artificielle, c’est aussi leur utilisation par l’homme qui change. Utilisés auparavant pour des vols de reconnaissance ou des largages de bombes, les drones sont aujourd’hui pensés pour être utilisés directement au front, en complément voir en remplacement des soldats, et non plus seulement comme des outils de soutien. La nuée de mini-drones de combat, tout droit débarquée d’un film de science-fiction, est pourtant une réalité qui a vu le jour cet hiver.

Les drones sont devenus une réalité, et l’intelligence artificielle qui les régit est en pleine expansion. Le secteur des drones est le seul secteur de la robotique à afficher une croissance exponentielle. S’il était fantaisiste de clamer il y a cinquante ans que l’univers des Star Wars semblait une réalité proche, qu’en est-il aujourd’hui ?

star-wars-drone-army-1Une armée de drones (appelés droïdes dans la saga S.W.) débarquant sur une planète
Publicités

On a visité un Fab Lab

Avez-vous jamais entendu ce mot, Fab Lab, sorti de la bouche d’un développeur lorsqu’il parle de son week-end et de ses passions ? Les Fab Lab, ces espaces de créations ouverts à tous, réunissent toutes sortes de machines différentes accessibles au public, pour le plus grand bonheur des passionnés.

20161122_101117Un X-Wing survolant le Fab Lab de la Cité des Sciences

Dans le cadre de nos études, moi et mes camarades avons visité le Fab Lab de la Cité des Sciences. Les Fab Lab sont des « laboratoires technologiques » qui permettent de créer des maquettes ou des prototypes. Ils comportent un minimum de machines qui permettent la découpe, l’affinage, le sculptage de matériaux. La vraie particularité de ces labos sont leur accessibilité par n’importe qui. De la même façon que le Web a démocratisé l’information virtuellement, les Fab Lab démocratisent la création physiquement. 

Un particulier qui a une idée de génie ? Une start-up qui souhaite lancer le prototypage de son invention ? Tous est permis. La seule règle, c’est que les créations profitent au plus grand nombre. On est bien dans l’esprit du Web à ses débuts.

J’ai été surpris de constater que l’ambiance était plutôt agréable, il n’y avait pas d’odeur de bois ou de plastique comme je m’y attendais au début. Au contraire, nous avons été accueillis par de la musique et de bons fauteuils.

Une imprimante 3D

Après un petit tour des machines, nous avons pu examiner des créations que leurs inventeurs avaient laissé sur place. Il est intéressant de noter que ces inventions sont souvent bien détaillées. Des bacs permettent de faire don de nos anciens appareils, afin qu’ils soient recyclés et réutilisés.

Cette visite a été très intéressante et interpelle. Si jamais nous avons besoin de créer des maquettes ou des prototypes, que ce soit personnellement ou entreprenarialement, nous savons qu’il y aura toujours un endroit pour nous le permettre : un Fab Lab. Et même si nous manquons d’imagination mais que nous souhaitons toujours participer à cette avancée technologique qui se produit au coin de chez nous, nous pouvons toujours donner nos vieux appareils.

Français(es), votre réseau est-il plutôt numérique ou digital ?

Sur les réseaux sociaux français, le débat fait rage. Lorsqu’on parle d’informatique, devons-nous employer le terme numérique ou digital ? Les avis sont partagés, même entre les experts. Et à ce jour, malgré des efforts de l’Académie Française, aucune règle n’est définitivement adoptée. Alors, comment choisir entre les deux termes ?

Actuellement d’après certains récents sondages, 60% des français préfèrent le terme numérique à celui de digital. Rappelons que le terme digital vient de l’anglais, et a un rapport avec l’usage des doigts, tel une empreinte digitale. Mais les utilisations de tel ou tel mot sont encore bien vagues et s’emploient souvent dans des contextes différents.

Le terme numérique par exemple est la plupart du temps employé pour parler de domaine physique, solide, qui ont un rapport avec le toucher, ironie du sort. On parle bien d’appareil photo numérique, de lecteur numérique. On range les portables, les ordinateurs, les lecteurs MP3 dans cette catégorie. Il ne viendrait à l’esprit de personne (ou presque) de demander à un vendeur un enregistreur digital.

À contrario, l’usage du terme digital s’applique sur tous les supports virtuels ! Microsoft Word, Evernote ou NotePad : le terme de bloc-note digital est bien plus souvent employé. Les réseaux sociaux sont également eux-mêmes définis comme des moyens de communication digitaux. On utilise le terme de communication digitale en e-marketing. Et pour cause ? La langue universelle d’Internet est l’anglais, pas le français !

Rappelons qu’en 1994, l’Académie Française avait essayé de remplacer le terme « week-end » par celui de « vacancelle », ce qui s’est soldé par un échec. La France a longtemps essayé de résister à l’invasion linguistique par des langues étrangères, mais depuis quelques années, avec la généralisation d’Internet, les français résistent de moins en moins.

Et vous ? Parlez-vous le numérique ou le digital ?

Le Bullet Journal : un support physique, une inspiration digitale

Le Bullet Journal, ou en français le « Journal à Puces » : voilà une invention qui saura en régaler plus d’un, et pour cause. Parfait mélange entre l’agenda, le journal intime et le carnet de note, le BuJo (pour les intimes) est une création qui convient à tous les profils. Sa plus grande force : son côté artistique.

Qu’est-ce qu’un Bullet Journal ?

Inventé il y a trois ans par Ryder Carroll, un designer digital de New York après plusieurs essais infructueux, le BuJo a pour objectif de dépasser le côté technologique et de revenir à des méthodes plus traditionnelles, un papier et un crayon, en regroupant toutes les diverses choses qui peuvent nous passer par la tête (ou nous en échapper !) et que l’on aurait besoin de consigner quelque part. Voici un exemple en vidéo, qui sera résumé plus bas :

L’avantage du BuJo sur un simple carnet est son index. Il permet de consigner à n’importe quel moment une idée à la volée mais malgré tout de toujours rester organisé. L’idée d’utiliser différentes puces avec des significations propres pour chaque idée, chaque note, chaque tâche fait du BuJo un incontournable pour l’organisation.

Pourquoi adopter le Bujo ?

Des pages sont réservées pour un planning annuel, d’autres pour un planning mensuel. Certaines sont pour des « collections » : des idées qui se rejoignent et que vous ne voulez pas oublier, comme une liste de livre à lire.  Il est possible de retrouver une idée à n’importe quel moment en utilisant l’index et/ou de petites annotations particulières à côtés des puces appelés « signifiant », permettant de mettre en évidence certaines notes. A la fin de chaque mois, une migration des tâches non effectuées est réalisée sur le nouveau mois afin de toujours garder une trace de ce qui a été fait ou non.

Bullet Journal, la méthode en dix étapes

Vous l’aurez compris, le BuJo est le fruit d’un travail soigneusement médité, afin d’avoir réponse à tous les besoins et difficultés qu’un support physique comme un carnet peut engendrer. Mais sa vraie force, c’est son côté créatif personnalisable.

Le BuJo : une vraie source d’inspiration

La particularité du Bujo ? Il a été pensé pour pouvoir être personnalisé par chaque utilisateur, afin que chaque Bullet Journal ressemble à son propriétaire. Et ainsi, ce qui n’était qu’un outil d’organisation est devenu un véritable phénomène de mode !

Améliorez votre BuJo avec le Level 10 Goals !

De nombreux utilisateurs, soucieux de partager leur expérience, ont envahi Pinterest avec de nouvelles idées de pages, de puces, voir même de cahier ! Le résultat : Ryder Carroll, l’inventeur du BuJo, a lancé un projet en kickstarter (se faire financer par des anonymes) afin de changer son site initialement dédié à la présentation du BuJo pour en faire un véritable site d’échange entre passionné. Il en demandait 10.000 dollars, il en a reçu 8 fois plus ! Autant dire que le projet passionne.

sans-titre

Une idée d’amélioration pour BuJo

Le BuJo va donc continuer à faire parler de lui dans les années qui arrivent et ce phénomène tendance rentre bien dans les mœurs avec l’hyperconnexion des médias sociaux et le besoin de renouer avec ce qui fait de nous des êtres humains : le contact physique.

Et vous ? Qu’attendez-vous pour acheter votre Bullet Journal ?

Enrichissez vos articles pour augmenter vos vues !

Pour augmenter vos vues, rien de tel que d’enrichir ses articles avec des gadgets qui embelliront votre article, en plus de le rendre plus complet : tweet, vidéo, carte interactive, ou pourquoi pas un PowerPoint intégré ? Avec une bonne structure de billet et les bonnes adresses Internet, tout est possible.

S’organiser

Tout d’abord, voyons comment bien organiser son article. Une fois que vous disposez de votre sujet, utilisez la règle des 5W + 2H, dont nous avons déjà parlé. Essayez de trouver des sources et de les vérifier. Ensuite, il va falloir établir un plan, en suivant la pyramide inversée.

Pour l’exemple, nous choisirons de parler de l’accord entre la Société Générale et La Banque Postale qui a été conclu en juin 2016.

sans-titre
Définir les 5W + 2H (ici le How Many(Combien) n’est pas précisé)

Maintenant que nous avons dégagé les principales informations, nous devons établir un ordre de priorité qui nous permettra par la suite de définir le titre de notre article et son chapeau, en se basant sur les mots-clés les plus importants.

3
Pyramide inversée

Nous avons maintenant toutes les informations nécessaires afin de pouvoir organiser notre article correctement et qu’il soit toujours orienté vers l’information dans le but de satisfaire les lecteurs.

Mettre en scène

Il nous faut maintenant embellir notre article, de manière à le rendre plus agréable, plus lisible et plus vivant. Pour cela, rien de plus simple : intégrer des médias extérieurs à l’article.
Pour l’exemple, intéressons-nous aux Jeux Olympiques de Rio 2016. Pour intégrer la vidéo de présentation, il faut la trouver sur Youtube, cliquer sur le bouton « Partager » et cliquer sur l’onglet « Intégrer ». Ensuite, plus qu’à copier/coller le lien dans votre article, dans la vision HTML !

Quoi de mieux qu’une carte pour se représenter l’événement ? Google Maps propose une fonction d’intégration de carte afin de l’afficher sur un blog. Choisissez une location, cliquez sur « Partager » et sélectionnez l’onglet « Intégrer la carte ».

Ensuite, nous pouvons essayer de donner une impression globale du déroulement des JO à travers ce qu’ont ressenti les spectateurs. Le meilleur moyen reste à travers un tweet. Pour l’intégrer, cliquez sur les trois points et choisissez « Intégrer le tweet ».

Avec une bonne organisation de l’information et de bons outils qui vous permettront d’enrichir vos articles, plus rien ne peut vous empêcher d’atteindre des sommets sur le Web !

Internet et ses dangers : vous ne serez jamais assez préparé

Que vous soyez un utilisateur lambda d’Internet ou une grosse entreprise mondialement reconnue, Internet recèle de nombreux dangers que vous ne devriez pas ignorer. Au programme, usurpations d’identité, provocations et suicides.

Il existe depuis quelques années sur Internet un partage en temps réel de l’Information. Mais cette propagation ne profite pas toujours à tout le monde. Certaines informations sont détournées ou erronées, et certaines vérités feraient mieux de rester cachées.

Ne tombez pas dans le piège : une information qui ne semble pas crédible ne l’est probablement pas. Les faux scoops sont devenus de plus en plus communs, avec la création de plusieurs sites parodiques qui se veulent à caractère humoristique. D’un autre côté, des particuliers trouvent qu’il est amusant de se faire passer pour des entreprises… en ne respectant pas toujours leur image.

Sur Internet, la censure est mal vue et certains groupes revendiquent la liberté d’Internet et le droit au savoir, qui peut parfois porter préjudice à des entreprises ou même à des Etats. A l’ère des smartphones, l’actualité n’est plus sous le contrôle des journaux ou des sites d’information : n’importe qui avec une connexion Internet peut poster une photo ou vidéo qui deviendra virale.

Internet, une nouvelle culture de l’image ?

Nous assistons depuis plusieurs années à un changement d’Internet comme nous l’avons connu : l’Information auparavant centralisée est maintenant largement répandue et accessible à tous. De nouveaux métiers du multimédia ont vu le jour et de nouvelles passions se sont découvertes, comme l’art de « troller ».

Ce que l’on dit de vous est important. Grâce aux blogs, les internautes sont en mesure de se dévoiler beaucoup plus et l’e-réputation fait maintenant partie intégrante du CV de la plupart des métiers du multimédia, autant pour le personnel que pour les entreprises, alors faites en sorte qu’elle soit bonne. Et attention aux homonymes !

En savoir plus sur les métiers d’avenir

N’oubliez pas que tout ce qui est posté sur Internet est public, et que tout ce que vous publierez pourra être retrouvé. Plusieurs scandales ont secoué le Web et certaines personnes ont été incapables de porter le fardeau de la honte.

En 2015, plus de 3 milliards de personnes utilisent Internet, contre 2 milliards en 2010. Le Web est en pleine expansion et personne ne peut prévoir ce que sera le Web de demain. Mais ce qui est sûr, c’est que les nouvelles technologies prennent une place progressive dans nos vies et que la maîtrise de ces outils est cruciale pour bien appréhender le monde qui nous entoure.

Réussir son blog : de petits conseils pour de grands articles

Il existe des règles simples afin d’augmenter votre nombre de vues sur votre blog. Plus vos articles seront faciles à lire, agréables à regarder et bien mis en valeur et plus vos visiteurs seront enclins à les lire jusqu’au bout. Pour arriver à cet objectif, les professionnels se servent de quelques techniques faciles à comprendre.

cubic

L’organisation des informations

Commençons par le commencement : choisissez un angle d’approche de l’information. Votre article sera-t-il plutôt insolite ? Ou à caractère polémique ? Ensuite, définissez la portée que vous souhaitez donner à votre article. Raconte-t-il un événement arrivé près de chez vous, ou relate-t-il une information mondialement relayée ?

En tant que blogueur, vous vous devez de connaître la règle des 5W : Who, What, Why, When et Where, que l’on pourrait traduire par Qui, Quoi, Pourquoi, Quand et Où. Ces informations permettront de structurer votre article. On y rajoute les 2H : How et How many, qui signifient Comment et Combien.

Il est conseillé de commencer par donner l’information principale, puis de la détailler. Enfin, on définit le contexte. Cette structure est nommée la pyramide inversée, et fonctionne particulièrement bien sur le Net. L’information essentielle doit être donnée par le titre, le chapeau et le premier paragraphe.

⇒ Pourquoi la méthode de la pyramide inversée est-elle si efficace sur le Net ?

La rédaction de l’article

Votre titre doit être accrocheur (car c’est la première chose que liront les gens), court, explicite, informatif, autant de qualités dont un bon titre peut s’enorgueillir. Utilisez de bons mots-clés, cela vous aidera pour le référencement. Évitez également les sous-titres vides et sans intérêt : ils feront perdre de l’attention à votre auditoire !

Dites adieu aux longs pavés, votre texte doit être aéré. La lisibilité est primordiale pour éviter de lasser vos lecteurs et leur faire quitter votre site. Utilisez des phrases directes, simples, évitez les mots compliqués ou douteux. Limitez le plus possible les risques et vous devriez bien vous en sortir.

Les liens hypertextes sont aussi très importants pour vos articles car ils permettent de faire valoir vos sources ou de répondre à certaines interrogations que pourrait se poser le lecteur. Attention aux liens en dur ou qui ne donnent pas d’information sur la page qu’ils renvoient, ils ne sont pas élégants.

Avec plus de 200 millions de blogueurs dans le monde en 2014 et près de 15 millions de français à la même date, les blogs sont de plus en plus en vogue et permettent à certains de se forger une solide e-réputation. Et vous, qu’attendez-vous pour créer le vôtre ?